Essays by James Hyman

Richard Deacon

Richard Deacon

 
 

James Hyman
Connaissance des Arts
May 1990

TEXT EXTRACT:

SAATCHI: NOUVELLE DONNE?
La nouvelle exposition de Ia Saatchi Collection~ confirme un intérêt prononcé pour es artistes britanniques, souvent figuratifs, au detriment de certaines avant-gardes: es peintres Lucian Freud et Frank Auerbach et le sculpteur Richard Deacon sont donc aux cimaises de ce lieu prestigieux. Pour autant, on s'interroge sur Ie devenir de cette grande collection, quand Ie groupe d'agences publicitaires Saatchi semble connaitre de trés sérieuses difficultés.
Par James Hyman


RICHARD DEACON
Les preoccupations de Richard Deacon sont d'un tout autre ordre. Ce n'est pas le sujet qui constitue le point de depart de ses sculptures, mais Ie matériau. Les lectures aiimentent son c2uvre: littérature, poésie, philosophie. Les écrits de Rilke, es ~Sonnets a Orphée~ en particulier, et es ouvrages théoriques de Wittgenstein, sont ses principales sources d'inspiration. La puissance et Ia nature du Iangage constituent pour lui un centre d'intérêt de toujours. Son c~uvre est une exploration de Ia syntaxe ou de Ia grammaire de Ia sculpture. File met `accent sur l'utilisation des inatériaux et leur inéthode de construction. Ses sculptures exhibent des boulons, des rivets, des jointures et de Ia colle. Tout comme `architecture de Richard Rogers (Centre Georges Pompidou, Lloyds Building), Ia construction se trouve a l'extérieur. II fait preuve d'une grande capacité dinvention, associant lacier au bois, ala toile, a l'éponge et au tissu. L'muvre intitulée ~The Back of my Hand n0 6~ (Le dos de ma main, 1987), de forme cellulaire, marie une feuille de bronze phosphoreux a I'éponge et au tissu. Les potentialités qu'offre le inatériau représentent un point de depart. Comme I'effet produit par un matériau diffère suivant es dimensions de l'ceuvre, Deacon considère chaque format comine un genre different. Par exemple, Ia série ((Art For Other People~ (Art pour d'autres gens), rassembie des pièces de petite taille, tandis que ceile intitulée ~The Back of my Hand~ (Le dos de ma main) est composée d'~uvres de dimensions beaucoup plus grandes, plus frontales aussi. II ne serait pas possible de réaliser une ceuvre en grand format a partir dune ceuvre de petites dimensions, car es boulons et es rivets qui peuvent fonctionner a une certaine échelle deviendraient grotesques a une autre.

L'intérêt qu'iI porte au inatériau est si vif que, dans Ie passé, Deacon évitait d'utiliser le qualificatif de sculpteur a son egard. ((Je ne suis ni graveur, ni modeleur, je suis un facteur~, disait-il. Dernièreinent, comme nous bavardions dans son atelier-garage a Brixton, Londres, je lui ai demandé s'il fallait entendre derriere ce commentaire un manque total d'intérêt a l'égard de Ia tradition en matière de sculpture. ~Assurément, dans Ia inesure oà cette formule contient impticitement une critique a l'égard de tout engagement envers Ia masse dans un sens traditionnel, conventionneIr~ Pourtant, Deacon a étudié l'histoire de Ia sculpture et son oeuvre reflète parfois cet intérêt. Par exemple, ~Untitled~ de 1980 (sans titre), d'un certain point de vue, fait clairement echo a i'~Fgouttoir a bouteiIIes~ de Duchamp. ~~For Those who have Eyes~~ (Pour ceux qui ont des yeux), en forme de pupille oculaire en acier inoxydable, et ~This, That and the Other~ (Ceci, cela et l'autre), qui associe lacier, Ia plaque de masonite et Ia toile, développent tous deux inconsciemment des idées empruntées a Ia sculpture surréaliste de Giacometti, telle ~Pointe a l'ceih que Deacon admire. Deacon déteste es ~uvres trop évidentes ou descriptives, et Ie bait qu'iI se soit particulièrement intéressé au minimalisme de Donald Judd est révélateur a cet égard. Toutefois, Deacon ne réduit pas ses oeuvres dans Ia même proportion que Judd. II préfère, pour son compte, traiter es sujets avec ambiguité et d'une manière allusive. Son ceuvre évoque souvent des forines organiques, cellules, viscères, et tout particulièrement es oreilles et es yeux. Mais en plus de ces références organiques, son oeuvre fait également allusion aux formes naturelles, le contour d'une mappemonde, des rides, des vagues, et même des tomes issues de Ia ave en fusion. Deacon laisse au spectateur Ie soin d'explorer ces références. II ny a pas de réponse plus simple. ~The Back of my Hand~ suggère une relation au corps, mais évoque aussi Ie contour d'une mappemonde. Les titres ne fournissent pas une explication claire. Is ne décrivent pas, mais biaisent souvent ou offrent un trait humoristique, comine par exemple ~~Fish Out of Water~ (Poisson hors de l'eau), ~Two can PIay~ (A deux on peut jouer) et ~If the Shoe Fits~ (Si le soulier chausse bien). Avant tout, ce sont des oeuvres a contempler, comme le declare Deacon: ~Fn ce qui concerne Ia relation entre es formes, si je m'apercevais qu'une ~uvre est beaucoup trop proche de quelque chose, je Ia modifierais probabIement.~ Le contraste entre es preoccupations de Freud et ceiles d'Auerbach ne pouvait pas être plus trappant.

La decision de presenter des oeuvres de Freud et d'Auerbach avec des sculptures de Deacon est très courageuse. C'est une occasion unique de découvrir l'oeuuvre des trois artistes britanniques es plus en vue. Une fois de plus, un supermarché réaménagé dans une banlieue de Londres offre l'une des expositions d'art contemporain es plus exemplaires, stimulantes et dérangeantes qui se puissent voir. Ne Ia ratez pasl J. H.

© 2018 James Hyman Gallery, PO Box 67698,
LONDON. NW11 1NE

Tel: +44 (0)207 494 3857

Privacy Policy

  • James Hyman Fine Art Ltd. Company number 3866544
  • James Hyman Photography Ltd. Company number 9327337
  • VAT registration no. 202526354
  • all works are offered subject to availability and price revision